Chers amis,

Le projet "L'Homme et la Chèvre" à pris la route pour 2013 et voici une bonne nouvelle : nous serons en résidence à la MJC Vaulx-en-Velin, qui nous soutiendra tout au long du développement de ce projet. C'est une aventure que nous souhaitons partager avec vous en vous proposant de nous suivre pas à pas dans chacune des étapes de cette création sur notre blog.

C'est quoi l'histoire?

Shimon – Elié est tailleur-rapiéceur à Zlodéevké, une petite bourgade habitée par des juifs, perdue et oubliée quelque part dans le monde. Miséreux au dernier degré, il y a longtemps qu’il s’est résigné à son sort et vit selon l’exemple « plus tu es pauvre, plus tu dois être joyeux ».

N’étant pas aussi inspirée que son époux par cette maxime talmudique, la femme du tailleur rêve d’une nourriture bien réelle pour sa nombreuse famille, autre que les Saintes Ecritures. Elle n’a qu’une idée en tête : acheter une chèvre.

Le grand jour est enfin arrivé !

Chargé de quelques économies dans ses poches et des instructions strictes de son épouse, l’innocent tailleur prend la route vers le village voisin pour acheter une bête laitière et enfin réaliser le rêve de sa femme d’avoir une vie meilleure.

Mais le destin en décide autrement.  L’homme et la bête sont liés l’un à l’autre sans le vouloir, et sont la cause d’évènements inexplicables voire fantasmagoriques avec des conséquences dramatiques.

Les deux villages sont prêts à entamer une guerre, le tailleur deviendra fou et la chèvre… s’envolera au ciel.

Qui est l'auteur ?

Cholem Aleïchem (Chalom Rabinovitch de son vrai nom) est né en Ukraine en 1859 et mort à New-York en 1916, où il a émigré dix ans auparavant.

L’un des fondateurs de la littérature Yiddish moderne, il choisit l’antique salut juif comme nom d’écrivain. Les mots Cholem Aleïchem signifient « Paix sur vous ». Et c’est ce message de paix, de tolérance et d’espérance qu’il portera à travers toute son œuvre.

Avec un lyrisme aussi touchant que débridé, il nous présente une épopée burlesque de l’humanité des petites gens ballotés entre le désespoir né de soucis quotidiens et des hypothétiques lendemains chantants.

Tout comme le peintre Marc Chagall, Cholem Aleïchem a su transporter dans ses contes et récits le drame souriant, fantastique et grave à la fois, qui couvre de ses broderies bizarres l’entre-deux rêves dans lequel s’imbriquent hommes, bêtes et choses.

Comment nous imaginons ce spectacle ?

Librement inspiré d’un conte de Cholem Aleïchem, « Le Tailleur Ensorcelé », « L’Homme et la Chèvre » sera une imagerie dramatique et musicale par tableaux qui viendra raconter une parabole d’un homme et d’une bête, pris dans le chaos d’évènements fantasmagoriques.

Que raconte le metteur en scène ?

« Les œuvres de Cholem Aleïchem sont riches de personnages et de dialogues colorés, qui demandent presque d’être mis en scène. La poétique de cet écrivain authentiquement juif m’interroge depuis longtemps, par l’énorme profondeur et le lyrisme de son œuvre, qui est à la fois naïve, spontanée et infiniment humaine.

En découvrant son conte « Le Tailleur Ensorcelé », j’ai été frappée par le fait que dans cette histoire drôle à la base et que Cholem Aleïchem raconte toujours avec son irrésistible humour, surgisse le thème du drame humain. L’Homme face à la solitude, à ses rêves brisés, à la haine.

J’ai proposé alors à toute l’équipe de réfléchir à un nouveau projet autour de cette œuvre. Avec ce spectacle nous voulons rappeler aujourd’hui que dans notre monde contemporain qui côtoie différentes formes de brutalité, il doit y avoir une place pour la compassion, la tolérance et l’amour et qu’il est impossible de construire le bonheur à partir de la violence. »

Qui fait partie de l'équipe ?

Olga Chakhparonova : l'auteur de l'adaptation et metteur en scène

Gérard Maimone : compositeur http://gerardmaimone.com/

Vladimir Viquious : création de costumes, habillage scénique http://viquious.com/

Marco Pascal : univers sonore, sound design http://pascalmarco.blogspot.com/

Comédiens : Thomas Fitterer ; Michel Laforest ; Aurélie Lepoutre ;  distribution en cours

Quels seront les chantiers de la création ?

Adaptation dramaturgique

Le travail sur l’adaptation peut être comparé à celui de la traduction car on traduit l’œuvre littéraire en un autre langage, celui de la scène, avec ses codes et ses règles. La dramaturgie est un genre tout à fait différent de la littérature, le genre où l’action verbale et physique fait avancer l’histoire. En se lançant dans cette démarche délicate nous avons tout d’abord fait attention à ne pas perdre l’histoire telle qu’elle est racontée par l’auteur. Nous avons alors pris le parcours du héros comme une série d’évènements actionnels, qui sera alors la ligne directrice dans l’écriture.

La structure de la pièce est pensée comme un enchainement de tableaux que le personnage principal traversera en oscillant entre le rêve et la réalité. Nous restons également précieusement attachés à la sauvegarde du style d’écriture propre à l’auteur, sa vision si singulière, son arôme, son charisme d’écrivain et de conteur et bien évidemment son irrésistible humour.

Le travail sur l’adaptation est en cours, il se fait en amont avec le compositeur Gérard Maimone, avec qui nous vérifions nos ressentis musicaux et dramatiques en avançant progressivement dans le travail. Cette complicité mutuelle nous permet de percer le fond et en même temps imaginer une forme comme moyen d’expression théâtrale.

Création de la musique originale

La culture Yiddish est musicale par sa nature. La musicalité s’entend même dans la langue, avec sa démarche nerveuse, nuancée, son rythme syncopé où les mots slaves se mêlent à l’hébreu et au dialecte germanique, tous défigurés et corrompus. Avec Gérard Maimone, compositeur et musicien de grand talent, nous nous sommes dirigés vers ce genre de recherches dans la musique, plutôt que de s’inspirer uniquement du folklore. La musique donnera à chaque personnage et à chaque scène une identité émotionnelle.

Solution scénographique

Le pressenti pour la solution scénographique est de créer une sorte de clôture en bois brut qui serait divisée en des segments mobiles et réversibles. Cette solution nous permettra d’optimiser l’espace, de créer une perspective et rendre plus intimes certains moments de gros plan. Elle permet également d’atteindre la sensation d’enfermement et de transcrire l’interdiction de circuler.

Travail sur la mise en scène

En souhaitant donner une dimension épique à cette création nous avons imaginé le personnage d’un pèlerin qui accompagnera et parfois participera au déroulement de l’histoire. Ce personnage, qu’on appelle aussi Conteur d’histoires, est récurent dans les récits de Cholem Aleïchem.

D’autre part nous voulons nous inspirer du théâtre populaire Yiddish qui, tout en étant un style tout à fait particulier, prend sa source dans les formes artistiques du monde chrétien telles que les Troubadours, Sotties, Mystères et aussi la Commedia dell’Arte. Cela donne une ouverture vers un théâtre plus expressif, quand l’action verbale donne la place à la pantomime au chant et aux chorégraphies. Ces moments seront appelés soit à annoncer le tableau qui va suivre, soit à donner des commentaires sur les évènements passés.

Calendrier prévisionnel des étapes de la création

  • 2e semestre 2011 

Écriture de l’adaptation ; recherches dramaturgiques et musicales.

  • Février 2012 

Premier laboratoire : mise en lecture, recherches sur les personnages, analyse du contexte, essais musicaux.

  • Mars 2012 

Préparation et présentation du projet au public, coproducteurs, sponsors : lecture, croquis de jeu, dessins de scénographie, costumes, rencontres avec l’équipe.

Lieu : MJC Vaulx-en-Velin (dates à définir)

  • Juillet 2012 

Deuxième laboratoire : travail selon la méthode d’improvisation ; dramaturgie corporelle. A l’issue de cette séquence de travail aura lieu une représentation publique.

Lieu : la recherche d’une résidence ponctuelle est en cours.

  • Octobre/novembre 2012 (vacances de la Toussaint) 

Troisième laboratoire : travail des scènes, des partitions musicales, de la chorégraphie ; partie pantomime. A l’issue de cette séquence de travail aura lieu une représentation publique.

Lieu : la recherche d’une résidence ponctuelle est en cours.

  • Décembre 2012 

Quatrième laboratoire pour les recherches, les essais, les solutions : lumière, scénographie, univers sonore, effets spéciaux, costumes.

Lieu : MJC Vaulx-en-Velin

La fabrication du décor sera effectuée dans les ateliers de l’ébénisterie J. Kostia.

  • Février 2013 

Cinquième laboratoire : finalisation du travail sur la mise en scène. Répétitions ouvertes au public.

Lieu : la recherche d’une résidence ponctuelle est en cours.

  • Fin mars/début avril 2013 

Répétitions finales, la Première

Lieu : MJC Vaulx-en-Velin

 

Comme vous pouvez le constater, le projet ne manque pas d'ambition. Nous comptons sur vous, sur vos retours, vos commentaires. Votre soutien permettra à "L'Homme et la Chèvre" de voir le jour et rencontrer le public.

 

A très bientôt